Ça se complique : Rupture de Cordage sur une Maladie Valvulaire Dégénérative de la Valve Mitrale (MVD)

Vous êtes ici :

La maladie valvulaire dégénérative mitrale (MVD) est l’affection cardiaque acquise la plus commune chez le chien et la cause la plus fréquente de décompensation cardiaque dans cette espèce.

Cette maladie est caractérisée par une dégénérescence progressive de type myxomateux de la valve mitrale. D’un point de vue macroscopique, les lésions commencent à l’extrémité des feuillets, et sont plus prononcées au niveau de l’insertion des cordages.  L’extrémité libre de la valve qui est normalement fine, translucide, et souple, devient épaissie et irrégulière avec des zones de prolapsus/ballonisation vers le côté atrial. Les cordages tendineux peuvent également être touchés par la dégénérescence myxomateuse qui peut même engendrer une rupture de ces derniers (Figure 1).

Figure 1 : Coupe longitudinale 4 cavités par abord parasternal droit : rupture de cordage principal sur le feuillet antérieur mitral, caractérisée par l’absence de coaptation en systole et le prolapsus du feuillet antérieur. VG : ventricule gauche, AG : atrium gauche, FAM :feuillet antérieur mitral, FPM : feuillet postérieur mitral.

La progression des lésions valvulaires comporte l’apparition d’une insuffisance valvulaire. La dilatation progressive de l’atrium gauche, conséquence directe de la régurgitation mitrale, permet de maintenir des pressions de remplissage normales même en présence d’un reflux mitral significatif. La compliance de l’atrium gauche et la rapidité de développement de la régurgitation mitrale représentent les facteurs les plus importants pour le développement d’un œdème pulmonaire.

Si la régurgitation mitrale augmente progressivement l’atrium gauche se dilate aussi progressivement avec des pressions qui restent longtemps dans les normes. Si, en revanche la régurgitation augmente brutalement, comme dans les cas d’une rupture de cordage, l’augmentation rapide du volume régurgité est associée à une augmentation sévère de la pression atriale et au développement d’un œdème pulmonaire aigu.

Dans notre expérience clinique quotidienne, il est intéressant de remarquer, que certains animaux avec un œdème pulmonaire aigu suite à une rupture des cordages ne présentent pas encore de cardiomégalie/dilatation atriale sur les clichés radiographiques ou l’échocardiographie. Ces cas peuvent être des défis diagnostiques pour le clinicien et en cas de doute sur l’origine des lésions radiographiques pulmonaires, un essai thérapeutique avec des diurétiques est fortement recommandé (Figure 2).

Figure 2 : Clichés radiographiques thoraciques de profil et de face chez un chien avec oedème pulmonaire aigu suite à une rupture des cordages. Notez l’absence de cardiomégalie et la présence d’une opacification alvéolo-interstitielle périhilaire et caudo-dorsale.
  1. Keene BW, Atkins CE, Bonagura JD, Fox PR, Häggström J, Fuentes VL, Oyama MA, Rush JE, Stepien R, Uechi M. ACVIM consensus guidelines for the diagnosis and treatment of myxomatous mitral valve disease in dogs. J Vet Intern Med. 2019;33:1127-1140.
  2.  Borgarelli M, Crosara S. “Malattia cronica mitralica” dans : Santilli R, Bussadori C, Borgareilli M. “Manuale di cardiologia del cane e del gatto”. EDRA SPA. Milan 2018:153-164

Ces articles peuvent vous intéresser.

et beaucoup d'autres encore