Cas Clinique : Pyomètre débutant à la fin des chaleurs, il faut y penser !

Vous êtes ici :

Signalement et historique

Une chienne Shiba Inu de 6 ans est présentée pour hyperthermie et état de choc compensé.
La chienne a eu ses dernières chaleurs 2 semaines auparavant. Une perte d’appétit et une malpropreté urinaire sans incontinence ont été constatées dans les jours suivants la fin des chaleurs. Le vétérinaire traitant a suspecté une infection du tractus urinaire compte-tenu de la présence de bacilles dans les urines. Des traitements AINS et antibiotiques ont été administrés pendant 6 jours permettant une reprise de l’appétit et une disparition de la malpropreté urinaire initialement. La chienne a par la suite été de plus en plus prostrée, et dysorexique. La veille, elle a présenté de l’anorexie et un abdomen douloureux.

Examen clinique

A l’examen clinique, une hyperthermie et un état de choc compensé sont mis en évidence (T 40,2°C. FC 170bpm.  Polypnée. Douleur abdominale. Déshydratation estimée à 6%-8%. Muqueuses roses pâles). La présence de pertes vulvaires purulentes est notée en petite quantité.

Une prise en charge en soins intensifs pour fluidothérapie et analgésie est effectuée avant investigations.

Examens complémentaires

Le bilan hématologique montre une anémie normocytaire hypochrome non régénérative, une neutropénie et la présence de band cells. Le bilan biochimique, électrolytique et la lactatémie sont dans les intervalles de référence.

L’examen échographique abdominal révèle une dilatation liquidienne de l’utérus associée à une péritonite circonscrite.

Conclusion

L’hyperthermie et l’état de choc compensé sont secondaires à un pyomètre, apparu à la fin des dernières chaleurs.

Discussion

Le développement de cystite au cours des chaleurs est commun chez la chienne. Cependant, cette cystite n’entraîne, dans la grande majorité des cas, pas de signes généraux. Ainsi, en cas d’apparition de signes cliniques, même non spécifique (sans pertes vulvaires) après les chaleurs ou débutant pendant les chaleurs, un pyomètre débutant doit toujours être suspecté. Il faut donc systématiquement faire une échographie génitale pour observer l’utérus et agir le plus précocement possible.

Ces articles peuvent vous intéresser.

et beaucoup d'autres encore