Calendrier de l’Avent (Viral) : 7. Péritonite Infectieuse Féline et coronaviroses

Vous êtes ici :

La coronavirose est une maladie virale du chat, transmise par un type de différent du SARS CoV 2 humain, agent du Covid 19.

On reconnait deux formes de Coronavirose féline : la forme entéritique, peu pathogène et, le plus souvent, à l’origine d’entérites ; et la Péritonite Infectieuse Féline ou PIF, liée à une infection par une forme mutante du coronavirus entéritique.

La PIF

La PIF peut toucher les félidés domestiques ou sauvages et une prédisposition est observée pour les races Maine Coon, Bengale, Sacré de Birmanie et British Shorthair. La maladie n’est pas contagieuse pour les autres espèces, Homme inclus.

Les symptômes de la PIF sont peu spécifiques et on distingue des formes «humides», associées à des épanchements, et des formes « sèches ». Les deux formes peuvent exister simultanément.

La PIF affecte les chats de tout âge, généralement les plus jeunes (3 mois-3 ans), originaires d’un effectif important (chatteries, refuges, élevages…).

L’incubation de la maladie va de quelques jours à plusieurs mois et elle commence généralement par des signes peu spécifiques : fièvre, perte d’appétit, baisse de l’état général, ictère ou anémie.  

La PIF humide est caractérisée par la formation d’épanchements abdominaux, à cause d’une inflammation du péritoine (d’où le nom : péritonite), ou thoraciques, responsables de troubles respiratoires. Dans la forme sèche on trouve des inflammations chroniques pulmonaires, rénales, hépatiques, nerveuses, ganglionnaires, intestinales et/ou oculaires.

Diagnostic de la PIF

Le diagnostic de la PIF peut être compliqué à cause du polymorphisme du coronavirus félin ; les examens sérologiques sont intéressants à utiliser mais une sérologie positive doit être interprétée avec prudence car elle ne permet pas de différentier l’infection par le coronavirus entéritique des formes mutantes à l’origine de la PIF. Les techniques de PCR quantitative sur différents liquides ou tissus (épanchement, sang, organes) sont plus fiables pour faire le diagnostic définitif.

Pronostic de la PIF

La PIF est une maladie de mauvais pronostic, avec une mortalité de pratiquement 100 % et, à ce jour, aucun traitement ni vaccin spécifique n’est disponible en France. Toutefois, des traitements récents à base d’antiviraux sont actuellement à l’étude et suscitent beaucoup d’espoir. Malheureusement, ces produits ne sont à l’heure actuelle pas disponibles ni autorisés en France.

Prévention de la PIF

La prévention repose sur une gestion rigoureuse des chatteries et des élevages : dépistage avec dosages sérologiques en chatterie, quarantaine en cas d’introduction d’un chat dans un effectif, mesures de désinfection (litières, gamelles d’eau et de nourriture, jouets).

Ces articles peuvent vous intéresser.

et beaucoup d'autres encore